Territoire des images

Carnet de recherches visuelles, par Raphaële Bertho

« Une collectivité a toujours intérêt à dialoguer avec un artiste photographe pour renouveler sa vision du territoire »

Alors que l’activité touristique connaît son pic annuel, les photos paysagères sont omniprésentes, sur les panneaux publicitaires, dans les brochures, dans l’édition, etc. Certaines expositions estivales leur consacrent aussi une place de choix. Les collectivités constituent l’un des principaux contributeurs de cette mise en images du territoire, soit directement, par le biais de leurs photographes, soit par le biais de commandes publiques. Or photographier le territoire oscille entre démarche documentaire et démarche artistique. Décryptage avec Raphaële Bertho, photographe, docteur en histoire de l’art et maître de conférences à l’Université Bordeaux III.

Entretien réalisé par Hélène Girard pour La Gazette des communes, publié le 03/08/2012 à lire ici

Publicités

14 commentaires sur “« Une collectivité a toujours intérêt à dialoguer avec un artiste photographe pour renouveler sa vision du territoire »

  1. Gaby David
    20 août 2012

    bonsoir Raphaele:
    qu’est-ce que tu entends par artiste photographe ?

    J'aime

  2. Raphaele Bertho
    21 août 2012

    Bonjour Gaby,
    Je comprends que le choix de ce terme puisse être source d’interrogations. En l’occurrence, à la relecture de cet entretien,je pense que le terme de « photographe » est sans doute plus approprié dans le contexte de la citation.
    Par ailleurs, pour revenir au terme d’artiste, si je l’utilise c’est dans une acception a priori juridique: sont désignés comme « artistes » les photographes ayant fait le choix de diffuser leurs travaux sur le marché de l’art, de vendre leur image sous le régime de l' »oeuvre d’art », etc. Je part ainsi de la position revendiquée par le photographe lui-même, sachant que cette dernière peut faire l’objet d’une analyse critique évidemment.

    J'aime

  3. Eric Le Brun
    21 août 2012

    Merci Raphaële, à la fois pour votre article complet sur ce site découvert à l’instant, et pour votre intervention dans le dossier préparé par La Gazette des Communes sur la photographie de territoire. Il n’y a pas de meilleur support magazine pour divulguer la qualité d’analyse sensible du paysage par la photographie auprès des décideurs institutionnels, trop souvent enclins à considérer l’image sur sa valeur illustrative directe, sans percevoir les choix du photographe (cadrage, lumière, temps de pose…). Votre parole, même concise dans l’article, atteint son but: éveiller la curiosité – tiens, elle nous parle d’oeuvre sur des photographies de territoire..!
    Cela devrait faciliter les démarches de nombreux photographes qui tentent de convaincre leurs interlocuteurs institutionnels de la pertinence de missions photographiques menées à titre d’auteur. Avec la liberté suffisante pour prendre la distance nécessaire à l’infiltration de l’histoire des lieux et des hommes photographiés, évoquer le temps à l’oeuvre, le renouvellement et la dispersion dans les transformations du territoire. Créer l’image grâce à la réactivité alchimique du photographe face au paysage.

    J'aime

  4. Thierry Dehesdin
    22 août 2012

    Bonjour Raphaële et félicitation pour cet écrin qui me semble tout à fait approprié pour diffuser ta réflexion.
    J’aime bien l’utilisation du mot « artiste photographe » dans ce contexte parce qu’il nous renvoie au regard que la société englobante porte sur ces photographies, et au regard que leurs auteurs portent sur leur travail.
    Dans ce dialogue entre la collectivité et le photographe, la reconnaissance du photographe en tant qu’auteur est nécessaire pour que la collectivité lui accorde une autonomie suffisante, lui permette de ne pas répéter les photos dont dispose déjà le service communication.

    J'aime

  5. Raphaele Bertho
    22 août 2012

    Bonjour Thierry, merci de ton commentaire 🙂
    Tu retiens, avec justesse, le terme d’auteur qui se distingue dans son usage de celui d’artiste me semble-t-il. En effet cette terminologie a souvent été privilégiée par les photographes pour revendiquer l’affirmation d’un point de vue personnel et élaboré. Sans doute est-il plus adéquat ici.

    J'aime

  6. Thierry Dehesdin
    22 août 2012

    L’utilisation de cette terminologie a été un réflexe, mais je pense que dans le contexte de ton interview le mot artiste était approprié. La dialectique artiste/auteur prend sans doute à la fois son origine dans le rapport plus ou moins compliqué des photographes et de la photographie aux arts plastiques et dans le fait que ce qui fait de moi un photographe « professionnel », c’est la commande (sous-entendu commerciale).
    Maintenant lorsque l’on me demande ma profession et que je réponds photographe, la question suivante c’est généralement « vous faites des photos artistiques? ». Personne ne m’a encore demandé « vous faites des photos d’auteur? » 🙂

    J'aime

  7. Raphaele Bertho
    23 août 2012

    @Eric Le Brun: Merci de votre commentaire, en espérant effectivement que ces réflexions puissent ouvrir un dialogue riche autour de la question de la représentation photographique du territoire.

    @Thierry: En fait nous sommes d’accord je pense. Quand il s’agit de défendre l’expression d’une vision personnelle, les photographes se disent souvent auteurs, parfois artistes, alors même que leurs interlocuteurs n’entendent pas la distinction et résument ce positionnement dans le terme d’artiste.
    Cela me rappelle une anecdote lors, justement, d’une mission photographique menée en partenariat avec une municipalité. Mon rôle était alors celui de médiatrice. Lorsque je m’adressais aux élus je désignais les photographes comme « artistes », alors même que ces derniers ne comprenaient pas mon parti-pris terminologique car ils se revendiquaient « auteurs ». Or cette désignation comme « auteur » n’était pas comprise en retour par les élus. Deux mondes qui se rencontrent, il faut créer des passerelles.
    Mon point de vue, celui de la chercheuse, est encore différent. Pour conserver une clarté dans mon propos et être le plus précise possible, je privilégie une analyse fondée sur des critères plus spécifiques (en analysant notamment les modalités juridiques mises en place, ainsi que je le précise plus haut).
    Mais le débat reste ouvert!

    J'aime

  8. rousseau donatien
    23 août 2012

    bonjour
    abonné depuis fort longtemps à CV ,c’est la 1ere fois je crois que j’interviens .
    en effet, le sujet traité m’a toujours questionné . je suis responsable depuis 24 ans d’une Mission Photographique au sein d’une collectivité territoriale.mes 2 axes de travail étant : la production d’images pour les besoins de la mission de service public avec parfois des volontés personnelles (paysages et territoires)
    validées ,bien sur par le Président du cg.Par ailleurs, la mission que je dirige passe des commandes avec édition, expositions.(les photographes,artistes ou auteurs sont payés…)Anne marie Filaire, marie laure de Decker, Yann de Fareins….ont porté leur regard sur le Tarn par le truchement de commandes. Mon questionnement et ma diffuculté sont les rapports avec les communicants avec lesquels je partage peu …
    Auteur, Artiste question de statut. en effet, pour rémunérer une commande d’auteur (reportage) ou d’artiste, une collectivité a besoin d’un N° Siret….
    il y a des artistes qui sont affiliés Agessa, d’autres BNC, d’autres maison des artistes sans aller voir du coté de la fameuse autoentreprise!
    La révolution numérique a crée un trouble qui a permis a trop d’incompétents d’entrer dans le champ de la photographie.C’est un peu long à développer ici …
    Prenons le cas de Raymond Depardon et sa commande nationale..était il artiste ou auteur?
    Merci à la gazette des communes , à Helene Girard pour avoir essayé d’ouvrir la boite à pandore!
    donatien rousseau

    J'aime

  9. NLR
    23 août 2012

    @rousseau donatien. « La révolution numérique a crée un trouble qui a permis a trop d’incompétents d’entrer dans le champ de la photographie. » Voilà qui devrait faire réagir André Gunthert 😉 Mais le problème est épineux, il faut le reconnaître. Qu’est-ce que la « compétence », à quoi se mesure-t-elle exactement aujourd’hui ? Y a-t-il une différence entre un « auteur-photographe », un « artiste-photographe » et un « artiste-auteur » ? Et quid d’un « créateur » dans ce cas ? On voit ces mots fleurir un peu partout, à tel point que désormais tout le monde est artiste. Est-ce bien ? Qui décide du statut de qui ? En a-t-il la compétence ?

    Et là je ne parle pas de TOUS les autres domaines (littérature, arts plastiques, musique, etc.) où la problématique est la même. La « démocratisation numérique » bouleverse tout, et il n’est pas simple d’analyser l’ensemble avec sûreté.

    Un petit croquis ici : http://brossegherta.wordpress.com/2012/04/30/de-la-democratisation/

    J'aime

  10. André Gunthert
    23 août 2012

    J’interviens, non pas sur la phrase citée ;), mais pour indiquer qu’il n’y a pas de différence juridique entre « auteur » et « artiste ». C’est la propriété intellectuelle qui définit le cadre de la création et de son exploitation, et c’est le juge qui décide, en dernière instance, de la légitimité de son application à une œuvre, à partir d’un seul critère: celui de « l’originalité » (directement hérité de Kant)… Du point de vue juridique, la qualité de la production n’est pas un critère en matière de création – ce serait plutôt un critère professionnel.

    J'aime

  11. rousseau
    23 août 2012

    En effet, le problème n’est pas simple! peut être le mot « compétent » est il mal employé dans ce contexte. Depuis presque 10 ans, je lis, j’entends au sein des collectivités des « discours » des dossiers sur la photographie qui me prouvent à quel point l’impéritie a pris le pas sur la connaissance,sur les contenus…voila pour moi ou se trouve l’incompétence…Les communicants savent jouer aussi avec le vide de l’ignorance!
    merci pour le croquis..il est super/donatien rousseau

    J'aime

  12. NLR
    23 août 2012

    Oui, certes, mais ce précepte kantien, qui éclaira un temps « l’art contemporain » et leurs décideurs (Qui est « artiste »?, qui ne l’est pas ? Qui innove, qui n’innove pas ?), commence à largement prendre l’eau. Tout est nouveau certes (toute création sera toujours « nouvelle »), mais le neuf – l’originalité véritable – de plus en plus difficile à dénicher. Le champ du possible créatif n’est plus aussi vaste qu’il a pu l’être. Je vous invite à lire, si le coeur vous en dit, le dernier billet de mon blog, sur la « nouveauté en parfumerie »… Il est assez éclairant je crois sur ce paradigme de la nouveauté qui se voit bousculé par la démocratisation numérique, les réseaux, etc. C’est ici : http://brossegherta.wordpress.com/2012/08/18/parfum-et-nouveaute-2/

    J'aime

  13. Raphaele Bertho
    23 août 2012

    Il me semble que le débat « artiste ou auteur » reste ici un débat propre à la profession, quand la question que je tente de mettre en avant dans cet entretien est différente: à savoir le fait que les commanditaires institutionnels osent de véritables questionnements en image du territoire, et pour cela entament un dialogue avec les photographes. Qu’ils soient artistes ou auteur, il sont avant tout professionnel et il s’agit ici de leur laisser une marge de travail pour proposer une vision personnelle, évitant la redite et le déjà-vu.
    Fondamentalement, il s’agit de ne pas assimiler a priori les commandes dites artistiques et les opérations de communication, les premières impliquant une prise de risque exclue des secondes.

    J'aime

  14. NLR
    23 août 2012

    « Eviter le déjà vu ». C’est ça le véritable challenge (moins pour l’amateur – le spectateur – que pour l’historien, qui lui est censé « tout connaître ».)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 20 août 2012 par dans Les Unes, Rubriques, Signalements, et est taguée , , .

Sur le fil

Follow Territoire des images on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :